Accueil > Accueil > Communication > Actualités - lecteur

Synlab Opale vous informe

Escherichia coli sécréteurs de shigatoxines (stec) et syndrome hémolytique et urémique (partie 2)

28-07-2011

ENQUETE EPIDEMIOLOGIQUE

Différente entre la filière viande : traçabilité obligatoire depuis le Creutzfeld-Jacob (ou maladie de la vache folle) et les céréales Si plusieurs cas simultanés : nécessité de  rechercher une seule souche responsable et donc une origine commune car le SHU est une affection rare (environ 100 cas/an en France)

Un épisode de cas groupé de SHU lié à une source commune est suspecté devant :
- au moins deux cas de SHU dans un délai d’un mois dans une même famille, une même collectivité, ou toute autre situation commune aux patients (exemple participation à un même événement)
- un cas de SHU associé à des cas de diarrhée dans son entourage dans les 15 jours précédents le début du SHU
- un nombre de cas de SHU anormalement élevé regroupés dans le temps et sur une zone géographique donnée.

Ces différentes situations suggérant une éventuelle source commune constituent un signal qui déclenche une investigation par l’INVS (Institut de Veille Sanitaire).

Le dispositif habituel de surveillance des EHEC a été renforcé dès le début de l’épidémie en Allemagne. La direction générale de la santé a demandé aux médecins hospitaliers ou libéraux de signaler à l’Agence régionale de santé (ARS) de leur région les cas de diarrhée sanglante ou de SHU , survenant chez les personnes ayant séjourné en Allemagne dans les 15 jours précédents l’apparition des symptômes.

Comment prévenir la transmission des infections à E. Coli producteurs de shigatoxines et du syndrome hémolytique et urémique ?
La transmission de la maladie peut être prévenue par des gestes simples :
- Les viandes, et surtout la viande hachée de bœuf, doivent être bien cuites à cœur ; test de la « fourchette » si jus rosé : cuisson insuffisante
- Les légumes, les fruits et les herbes aromatiques, en particulier ceux qui vont être consommés crus, doivent être soigneusement lavés ; 
- Les aliments crus doivent être conservés séparément des aliments cuits ou prêts à être consommés ; 
- Les restes alimentaires et les plats cuisinés doivent être suffisamment réchauffés et consommés rapidement ; 
- Les ustensiles de cuisine (surtout lorsqu’ils ont été en contact préalablement avec de la viande crue) ainsi que le plan de travail doivent être soigneusement lavés ; 
- Le lavage des mains doit être systématique avant de préparer à manger et en sortant des toilettes ; 
- En cas de gastro-entérite, il convient d’éviter de se baigner dans des lieux de baignades publiques et de préparer des repas ; 
- Les enfants ne doivent pas boire d’eau non traitée (eau de puits, torrents, etc.), et éviter d’en avaler lors de baignades (lac, étang, etc.) ; 
- Il faut éviter le contact des très jeunes enfants (moins de 5 ans) avec les vaches, veaux, moutons, chèvres, daims, etc., et leur environnement. 

Revenir